Auteur Sujet: MUSt à Coulommiers - 2012  (Lu 636 fois)

Hors ligne Jum

  • Administrateurs
  • Anaconda, seigneur des marais
  • ********
  • Messages: 1024
  • Sexe: Homme
  • Contre des moulins ...
    • Voir le profil
    • Le Site des Internes Antilles Guyane
MUSt à Coulommiers - 2012
« le: Février 05, 2014, 06:46:53 pm »
Journal - Le Généraliste
http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2012/09/14/un-joli-ptit-bout-dchu-est-ne-a-coulommiers_173921

Maison de santé universitaire : Un joli p’tit bout d’CHU est né à Coulommiers

14.09.2012[/i]

Ce sera la première maison de santé universitaire de France ! Inauguré jeudi prochain en Seine-et-Marne, ce projet novateur qui regroupe généralistes, enseignants, internes et paramédicaux, intéresse de très près le ministère de la Santé. Et pour cause : un label qui permettrait « d’universitariser » les maisons de santé est en discussion.


C’est une première en France qui pourrait bien devenir le MUST de la médecine générale de demain ! Les médecins blogueurs de l’opération « PrivésDeDéserts », qui ont agité la toile la semaine dernière, seront ravis d’apprendre que la première Maison Universitaire de Santé (MUSt) est née. Eux qui suggéraient d’en créer 1 000 ! En fait, certains médecins planchaient déjà sur le sujet depuis deux ans. Le « prototype », appelé maison de santé pluriprofessionnelle et universitaire, qui sera inauguré jeudi prochain à Coulommiers, en Seine-et-Marne, s’apparente une nouvelle façon d’exercer et d’enseigner la médecine générale.

La structure a ouvert ses portes en mai dans l’ancien hôpital situé en plein centre-ville. À l’origine du projet, deux généralistes, les Drs Jean-Yves Philippe et Christian Clément... Et, surtout, une inquiétude majeure, celle de voir la zone se désertifier. « Nous avions calculé que d’ici à 2014 la moitié des médecins généralistes auraient disparu, il fallait donc imaginer une nouvelle organisation de l’offre de soins et une structure qui puisse attirer les jeunes », se rappelle le Dr Clément.

Au total, l’équipe compte six médecins généralistes dont deux médecins enseignants associés à la faculté de médecine de Créteil, un enseignant-chercheur, deux internes, trois infirmiers et une secrétaire. Un poste de chef de clinique devrait bientôt être ouvert.

Si l’objectif reste évidemment de répondre aux besoins médicaux de la population, la recherche en médecine générale et la formation des étudiants sont bien au cœur de ce nouveau type de structure. Elles seraient en quelque sorte l’équivalent des CHU pour la médecine de ville. « On ne peut imaginer qu’il n’y ait pas de CHU pour la cardiologie ? C’est la même chose pour la médecine générale ! Ces centres ambulato-universitaires doivent coexister avec les centres hospitalo-universitaires et seront un levier majeur de reconnaissance de la spécialité de médecine générale et de progrès », explique le Pr Claude Attali (photo), directeur du département de médecine générale à l’université Paris-Val-de-Marne, qui travaille actuellement au sein de la maison de santé universitaire de Coulommiers à un projet de recherche sur l’éducation thérapeutique.
Le début d’une série d’expérimentations

Ici, ce qui a surtout rendu le projet possible, selon le Pr Vincent Renard, président du Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE), c’est « la participation de tous les partenaires, qu’ils soient politiques, universitaires ou professionnels de santé ». Pour la suite, le CNGE travaille à l’élaboration d’un label qui fixerait les conditions d’universitarisation des maisons et centres de santé. « Il n’y a pas de label officiel pour le moment. Les critères sont en discussion avec les ministères concernés, qui sont très intéressés, mais le projet de Coulommiers a eu ce label au niveau local parce qu’il a été soutenu par les décideurs locaux et par le président et le doyen de l’université de médecine de Créteil », précise le généraliste.

Si les critères ne sont pas encore officiellement arrêtés, le Pr Renard confirme néanmoins que la pluriprofessionnalité des soins primaires devrait figurer parmi les conditions attendues pour « universitariser » une maison de santé. Tout comme la nécessité d’assurer la formation pour tous les professionnels de santé, et « pas que celle des médecins ». Enfin, la recherche doit également faire partie intégrante de l’activité de la structure et être représentée à tous les étages. Ces « CHU de ville », dont les projets se multiplient un peu partout en France, pourraient-ils devenir le modèle des maisons de santé de demain ? Et faire partie, pourquoi pas, des « expérimentations » annoncées par la ministre de la Santé avant la rentrée ? « Le projet s’inscrit dans ce courant-là. Ce serait logique, oui », reconnaît du bout des lèvres le président du CNGE qui, pour l’heure, n’en dira pas plus...
- See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2012/09/14/un-joli-ptit-bout-dchu-est-ne-a-coulommiers_173921#sthash.0GrMhGPC.dpuf
Dr DUFRENNE Julien
Médecin Généraliste Remplaçant
Ancien Administrateur du Forum 2007-2014
Ancien Représentant des IAG 2006-2009

Je ne réponds plus par facebook ni par email (plus de temps!)...Parcourez le forum avant de poser une question pour avoir une réponse. Pour poster, cliquez sur "Nouveau" ou "Répondre" c'est facile! Les autres en profiteront...